Blog

déc. 22
Qu'est qu'une innovation ?
déc. 18
La ville intelligente vue par Carlos MORENO

Carlos Moreno est un scientifique franco-colombien, professeur des universités, intervenant au CNRS. Il est connu par ses réflexions, initiatives et applications autour de la ville intelligente, durable et sensible.

La ville est, toujours et partout, construite autour de quatre invariants :

  • l'urbis, c'est-à-dire les infrastructures ;
  • le spatium, c'est-à-dire l'espace public, qui constitue un lieu de brassage et de mixité ;
  • la res publica, c'est-à-dire la chose publique, le bien commun, l'intérêt général ;
  • et le civis, le citoyen.

Avec les nouvelles technologies, le développement d'Internet et de l'intelligence communicante, est venu s'ajouter un cinquième invariant, celui de la révolution ubiquitaire et de ses outils qui bouleversent nos vies dans nos villes, hors du temps et des espaces. Les défis auxquels doit faire face une ville sont, eux aussi, plutôt constants dans le temps et dans les contextes. On peut ainsi faire ressortir cinq grands défis : social, culturel, économique, écologique, et de résilience. (…)

Bien sûr, le maire est affecté par les conséquences de la révolution ubiquitaire sur le développement de sa ville ! Le rapport entre administrés et gouvernements change sous l'effet de ces technologies, et la gouvernance, la manière de faire de la politique, changent avec lui. (…)

Il y a clairement une évolution par rapport à la démocratie représentative traditionnelle. Les citoyens d'aujourd'hui disposent de moyens techniques pour s'informer et se mobiliser au quotidien. Via les réseaux sociaux, il est possible de rassembler dans la rue des centaines de milliers de personnes en quelques heures à peine. C'est là un moyen de pression très fort des habitants sur les élus locaux et plus largement sur les gouvernements nationaux. Mais dans l'autre sens, ces nouvelles technologies sont un formidable moyen pour connaître et comprendre le citoyen dans son contexte, pour lui donner des outils adaptés pour participer à la vie de sa cité. (…)

Je dirais qu'il est important qu'un projet de ville intelligente puisse se construire dans le temps long, dans une durée qui dépasse celle de la mandature des maires. C'est cette continuité qui viendra renforcer le projet commun, l'implication des populations et des partenaires, l'identité de la ville. Pourquoi s'impliquer si le projet peut être remis en cause à la prochaine élection ?

déc. 18
Qu'est-ce que la ville intelligente ?

La définition de ville intelligente est assez floue mais les différents experts identifient souvent six thématiques majeures.

Par exemple dans le rapport Boyd Cohen 2015 (USA) (traduction personnelle)

  1. La qualité de vie intelligente (le bien-être, la qualité de vie, la santé) – Smart living
  2. Le citoyen intelligent (l'éducation, l'inclusion numérique du citoyen) – Smart People
  3. La collectivité intelligente (les services en ligne, l'Open Data, le fonctionnement des services, les infrastructures urbaines) – Smart Government
  4. L'environnement intelligent (les bâtiments intelligents, les énergies, l'urbanisme 'intelligent') – Smart Environment
  5. L'économie intelligente (l'entreprenariat et l'innovation, l'attractivité économique, les échanges trans-territoires [inclusion de l'économie locale au niveau national et international])
  6. Les mobilités intelligentes (les multi modalités, l'efficience des réseaux, les infrastructures [TCSP…], les circulations…)

Ces thématiques sont 'soutenues' par différentes 'couches' qui partent des données ou des capteurs, jusqu'à la délivrance de services au citoyen ou au bénéfice du territoire.

Les couches sont gouvernées par les 'métiers', mais leur cohérence doit être assurée par un rôle transverse qui garantit la cohérence des actions dans leur 'verticalité' et leur destination.